Analyses

Loire-Atlantique. Que pèsent les start-up dans l'économie ?

ajouté le 7 juillet 2017  -  - Mots clés : Actualité, Analyses, STARTUP

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Les organisateurs du Web2day lors de la dernière édition, en juin dernier. (Photo : William JEZEQUEL)

Conjoncture La dernière édition du Web2Day a illustré la vitalité de l'écosystème start-up à Nantes. Une dynamique qui s'accélère selon une étude de l'Auran.

En France, les start-up ont augmenté leur chiffre d'affaires de 40 % entre 2014 et 2015, la moitié étant réalisée à l'international. Sur la même période, leurs effectifs ont augmenté de 27 %. Dans ce contexte, Nantes s'affirme comme « une place forte du monde start-up français », selon une étude réalisée par l'Auran (Agence d'urbanisme de la région nantaise).

240 start-up dans le département
Il s'est créé 76 start-up en Loire-Atlantique en 2016. Leur nombre total est d'environ 240 dans le département avec une forte concentration géographique sur Nantes Métropole où sont implantées 87 % d'entre elles. 40 % partagent des lieux de travail dédiés : incubateurs, pépinières, coworking. Vingt ans après la création d'Atlanpole, neuf incubateurs sont actifs sur le territoire nantais, dont six ont ouvert il y a moins de deux ans. Ces nouveaux venus sont le fait d'initiatives publiques mais aussi privées. Ce qui démontre l'existence d'un vrai marché de la start-up. Les start-up nantaises bénéficient également de nombreux programmes d'accompagnement dédiés (40 au total). Les derniers nés sont ADN'Booster et Imagination Machine, accélérateur à l'ambition mondiale. Le monde de l'enseignement supérieur, la ville, avec notamment le dispositif d'expérimentation urbain Nantes City Lab, ainsi que des grands comptes, tels qu'Airbus, Daher, Enedis, etc., se mobilisent également fortement en faveur de l'entrepreneuriat en mode start-up.

60 millions levés en 2016
Par ailleurs, plusieurs fonds régionaux et nationaux, actifs à Nantes, ont permis aux start-up nantaises de lever 60 millions d'euros en 2016.


Des activités liées au numérique
L
es 240 start-up recensées représentent environ 2.000 emplois, soit 0,7 % des emplois métropolitains. Pour autant, 33 de ces entreprises emploient plus de 10 salariés et quatre plus de 100 salariés avec de belles croissances comme celles d'iAdvize, MyScript, Lengow, EP ou encore Akeneo. Par ailleurs, si la dynamique start-up est bien réelle à Nantes, elle n'est cependant que la partie émergée de l'iceberg de la création d'entreprise. En 2016, 1 % des entreprises créées à Nantes s'apparentaient à des start-up. Le numérique est au coeur du modèle start-up puisque 50 % de ces entreprises déclarent une activité principale liée à la filière numérique : santé, mobilité, technologies vertes, éducation et divertissement, objets connectés, industrie et enfin commerce.

Caroline Scribe

Caroline Scribe

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012