Analyses

Et si l'on déléguait au privé le soutien à l'innovation

ajouté le 4 janvier 2013  -  - Mots clés : Actualité, Analyses

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Patrick Haouat, Président de l'association des conseils en innovation. P-dg du cabinet de conseil en innovation Erdyn

L'innovation est indispensable à notre compétitivité, et le soutien public à l'innovation occupe une place de choix dans les politiques publiques menées depuis plus d'une décennie, avec une constance qui transcende les alternances droite-gauche.

Il y a deux manières de soutenir les entreprises qui innovent. La première consiste à alléger leurs prélèvements obligatoires. C'est l'objet du crédit d'impôt recherche, du statut de jeune entreprise innovante ou du futur crédit d'impôt innovation. L'intérêt de telles mesures est qu'elles sont relativement légères à administrer, eu égard aux montants en jeu: l'administration fiscale et les experts du ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche exercent les contrôles.

La seconde consiste à redistribuer aux entreprises qui innovent différents montants sous la forme de subventions, prêts à taux zéro ou autres avances remboursables. L'octroi de ces aides passe par différents canaux, organismes publics, agences régionales, nationales ou européennes qui examinent des dossiers élaborés par les entreprises candidates à ces aides. La multiplicité de ces «guichets» a été soulignée à maintes reprises, et l'efficience d'ensemble laisse à désirer, malgré l'implication et le dévouement des hommes et des femmes qui les composent. La notion de «guichet unique» a été également largement débattue, mais elle butte sur la réalité du terrain.

Dans ce contexte, une voie mérite d'être explorée: le partenariat public-privé. Rien ne s'oppose en effet à ce que le soutien à l'innovation, cette mission de service public, soit délégué à des acteurs privés. Les risques que prendront ces entreprises privées délégataires, les investissements qu'elles réaliseront et dont elles attendront des retours, leurs méthodes de management davantage axées sur les résultats que sur les moyens, leur connaissance transversale des écosystèmes d'innovation, en France et à l'étranger, représentent autant d'atouts pour des résultats à la hauteur des enjeux. Certains pays ont testé avec succès ces partenariats, qu'attendons-nous?

Patrick Haouat, Président de l'association des conseils en innovation. P-dg du cabinet de conseil en innovation Erdyn

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Green Business - Avril 2014


Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301