Haute Normandie

Infrastructures

JDE Edition Haute Normandie

Seine Innopolis. Futur « Quartier numérique »?

ajouté le 5 juillet 2013  -  - Mots clés : Actualité, Infrastructures, Seine Innopolis, Rouen, Crea, Adear, NWX, numérique, web, Mounir Mhegrebi, e-commerce

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Le chantier qui s'achève aura nécessité 30 millions d'euros d'investissements afin de remettre à niveau un bâtiment édifié en 1835 (La Foudre) et qui abritait à l'origine une filature industrielle. (Photo: JF Lange/La CREA)

La filière numérique normande emmenée par l'association Normandie Web Xperts (#NWX) se prépare à investir la pépinière Seine Innopolis à Petit-Quevilly. La Crea souhaite obtenir le label « Quartier numérique » pour sa nouvelle pépinière.

À quelques mois de l'inauguration de la pépinière Seine Innopolis à Petit-Quevilly, les entreprises rouennaises du numérique se mettent en ordre de marche pour intégrer le site réhabilité de l'ancienne caserne Tallendier. Un équipement voulu par l'agglomération (Crea) et destiné à devenir le haut lieu rouennais (normand ?) du numérique. Démarré en mars 2010, le chantier qui s'achève aura nécessité près de 30 millions d'euros d'investissement afin de remettre à niveau un bâtiment édifié en 1835 (« La Foudre ») et qui abritait à l'origine une filature industrielle devenue caserne militaire au XXe siècle. Le bâtiment était désaffecté depuis 1999.

La Cantine, espace de « coworking» 

À compter de la rentrée prochaine, une petite centaine d'entreprises pourra prendre ses quartiers sur 10.000 m² répartis sur cinq étages, spécialement équipés pour les accueillir avec « double irrigation fibre optique, desserte fibre sur l'ensemble des plateaux, salle informatique mutualisée et locaux de stockage » ainsi qu'un espace de « coworking », La Cantine, voulu par les entreprises elles-mêmes. « Cet espace est conçu autour de trois axes, explique le président de l'association Normandie Web Xperts (#NWX), Mounir Mehgerbi : le travail en commun, un espace de rencontre pour sortir de l'isolement et un espace dédié à l'événementiel ».

Les start-up quittent la zone franche

« C'est une demande que nous avons faite à la Crea », confirme le dirigeant de la société de conseil 6bles, jusque-là installé, comme beaucoup d'autres membres de #NWX dans l'immeuble Alpha en zone franche sur les Hauts de Rouen. Un haut lieu du numérique rouennais qui risque donc de se vider d'une partie de ses forces vives. Guy Foulquié, dirigeant de l'agence I-comm et président du club Rouen Ecoactive, tempère : « les principales entreprises concernées partageaient un local commun de 95 m². L'espace libéré va voir arriver d'autres entreprises », assure-t-il. « En ce moment il y a de la demande ». Mais plus globalement, ce que regrette ce chef d'entreprise c'est « ce phénomène de vases communiquant qui n'est pas très normal. Ce que l'on nous promettait à propos d'Innopolis, c'était que cela allait attirer des entreprises de l'extérieur. Au final, tout cela manque de vision globale ». Quoi qu'il en soit, Guy Foulquié n'a pas l'intention de quitter les Hauts de Rouen, « par conviction et par motivation éthique ! » Du côté d'Innopolis, trois plateaux sont d'ors et déjà réservés qui accueilleront dès septembre prochain des sociétés telles que Marché-privé.com, Digiworks, Powertrafic, Spreadbutton ou encore 42Stores. Autant d'entreprises qui quittent donc la zone franche « dans un intérêt purement business », explique Mounir Megherbi. « On mise sur l'avenir avec le potentiel qu'induit ce regroupement. L'objectif est de constituer un véritable pôle pour montrer à l'extérieur du territoire qu'en Haute-Normandie il se passe des choses dans le numérique ». Pour les entreprises qui adhèrent au projet, le regroupement est la motivation essentielle : « dans nos métiers nous avons besoin d'échanger car la concurrence est mondiale. Il est important d'agréger tous ces profils différents. Cela va créer une dynamique favorable au business ».

Label Quartiers numériques ?

À la Crea, son président Frédéric Sanchez confirme la volonté de la collectivité de solliciter de la part des services de l'État l'obtention du label « Quartiers numériques ». Lancée en octobre dernier par Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l'Innovation et de l'Économie numérique, une première consultation en ligne visait à créer à Paris un réseau Paris Capitale numérique. Le concept s'est élargi à d'autres territoires en février avec l'ambition « de stimuler le développement du secteur numérique français et de mettre en valeur au plan international le dynamisme des entreprises françaises », résume la ministre Fleur Pellerin.


www.nwx.fr www.rouen-developpement.com

Guillaume Ducable

JDE | Édition Haute Normandie | 5 juillet 2013

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Green Business - Avril 2014


Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301