Seine-Maritime

L'Enquête

JDE Edition Seine-Maritime 76

Axe Seine. La capitale régionale veut peser dans le Grand Paris

ajouté le 3 juin 2011  -  - Mots clés : Actualité, Fait du mois, Axe Seine, Rufenacht, Fabius, Rouen, Le Havre

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Pour le président de la Crea Laurent Fabius, «les collectivités sont prêtes à prendre leurs responsabilités (sur la question du financement de la LNPN), mais l'État doit s'engager avant ou pendant le débat public», qui se déroule à partir d'octobre prochain.

Le colloque Axe Seine acteII qui s'est tenu à Rouen le 23mai dernier aura vu les principaux acteurs locaux camper sur leurs positions. Laurent Fabius demande des engagements financiers à l'État qui réplique qu'il est urgent d'attendre.

En choisissant en 2008 d'intituler l'ouvrage collaboratif réalisé sous sa direction «Rouen, la métropole oubliée?», le géographe Yves Guermond préfigurait déjà, sans le savoir, ce que serait le coeur du débat autour du développement de l'Axe Seine. Du moins côté rouennais! Le maire de Rouen Valérie Fourneyron avait pointé en avril dernier l'absence de référence à la capitale haut-normande dans le discours que le Président de la République Nicolas Sarkozy avait tenu auHavre. Laurent Fabius, lors du colloque rouennais du 23mai dernier dédié à l'Axe Seine a préféré souligner, sur un mode plus consensuel, que les choses avaient changé: «on a longtemps évoqué la liaison Paris-LeHavre, ou encore la perspective d'une gare au Nord de l'agglomération à 25 mn du centre-ville...». Aujourd'hui, les choses évoluent, se félicite le président de la CREA. Jean-Louis Borloo qui avait un temps défendu l'idée d'une liaison passant au Nord de Rouen n'est plus ministre d'État et Bruno Lemaire, lui-même, actuel ministre de l'Agriculture et de l'Aménagement du territoire et élu régional d'opposition l'a confirmé lors de son intervention: «la desserte de Rouen par Saint Sever est la piste la plus légitime»!

«Rouen à 45 mn de Paris, c'est un atout»
Reste que la question de la proximité de Paris comme celle de la rivalité entre Rouen et LeHavre fait toujours débat ici, peut-être davantage du côté des élus que de celui des milieux économiques. Le maire, Valérie Fourneyron le reconnaît bien volontiers: «pendant longtemps, certains se sont tourné le dos», explique-t-elle; des adversaires que «l'Axe Seine fédère aujourd'hui». «Les Rouennais ont souvent redouté d'être à 45 mn de Paris, mais aujourd'hui c'est un atout», tranche l'élue. Le ministre Bruno Lemaire ne dit d'ailleurs pas autre chose: «l'Ile-de-France est le premier bassin de production, de consommation et d'emploi d'Europe. Il ne faut certainement pas lui tourner le dos», mais au contraire en tirer profit. «Notre premier défi consiste à rattraper notre retard en matière d'infrastructures de transport. Nous avons l'obligation de résoudre ce problème», insiste le ministre. «Notre second défi est de tirer partie de cette proximité avec Paris sans perdre l'âme de la région Normandie; pas sous l'autorité ni la dépendance de l'Ile-de-France, mais sur un pied d'égalité et de complémentarité». Si les Normands, hauts et bas, assurent vouloir jouer la carte de l'union, le rôle voué à la capitale régionale est-il pour autant clairement établi? Si Rouen a pu un temps apparaître comme «isolée», le président de la CCIT de Rouen, Christian Hérail ne croit plus que ce soit d'actualité: «Ca a été le cas, mais ça ne l'est plus», tranche-t-il. «Il faut considérer (au regard de l'Axe Seine) la situation géographique réelle. En situation d'Hinterland, Rouen reste un noeud économique, ferroviaire, fluvial et routier», même si les grandes entreprises sont plutôt auHavre et les sièges sociaux à Paris, reconnaît le président de la CCIT. De toute manière, estime Christian Hérail, «on ne peut pas raisonner à l'échelle de Rouen. Aujourd'hui il n'existe pas de frontières pour nos entreprises». Un homme d'affaires rouennais qui a suivi les débats du 23mai, lance avec un brin de cynisme: «la grande chance de Rouen, c'est LeHavre!» L'air de dire que sans le volontarisme des estuariens, la capitale régionale n'aurait peut-être pas accroché son wagon à la locomotive du Grand Paris? N'empêche, aujourd'hui, la ville dirigée par Valérie Fourneyron veut faire entendre sa voix. Notamment à propos de la future ligne à grande vitesse. «80% des voyageurs qui empruntent la ligne actuelle partent ou arrivent de Rouen!», rappelle l'élue, à bon entendeur. La future gare se fera rive gauche, dans le quartier Saint Sever, si l'on en croit les dernières déclarations du ministre Bruno Lemaire à ce sujet. Cette question-là semble donc tranchée.

La question «essentielle» du financement
Celle qui l'est moins, et qui ne concerne pas uniquement les collectivités rouennaises, c'est celle du financement de la ligne elle-même. Une question «essentielle» pour Laurent Fabius qui craint que le calendrier ne soit guère favorable. L'annonce de l'installation, en parallèle du débat public, d'une commission chargée de réfléchir au financement du projet n'y fera rien: la décision de l'État programmée pour mars2012 interviendrait «dans l'avant campagne présidentielle». Difficile dans ces conditions, veut croire le président de la CREA, «que des engagements concrets seront pris dans une période comme celle-là». «Les collectivités sont prêtes à prendre leurs responsabilités, mais l'État doit s'engager avant ou pendant le débat public» qui se déroule à partir d'octobre prochain. Une impatience que le ministre Bruno Lemaire dit comprendre, avant de se défendre: «depuis deux ans (et les premières annonces de Nicolas Sarkozy sur le sujet), nous n'avons pas perdu de temps».

Guillaume Ducable

L'ancien maire du Havre Antoine Rufenacht en mission

  Axe Seine. La capitale régionale veut peser dans le Grand Paris

Interrogé sur la nomination de l'ancien maire duHavre à la tête du Commissariat général au développement de la Vallée de la Seine, le président de la CREA Laurent Fabius hésite, avant de lâcher: «si ça aide, pourquoi pas!» Un enthousiasme pour le moins mesuré qui tranche avec celui des anciens administrés d'Antoine Rufenacht qui veulent y voir un signe supplémentaire que les attentes normandes face au Grand Paris sont prises au sérieux au plus haut niveau de l'État. Un projet qui dépasse la seule ligne à grande vitesse promise par Nicolas Sarkozy et qui nécessite une certaine coordination: «Antoine Rufenacht a été nommé pour y mettre du lien», explique le président de la CCI duHavre Vianney de Chalus. Sa force: «il a montré depuis le début qu'il avait mesuré l'importance de l'enjeu et il a su jouer les synergies plus que la désunion; il a le sens de l'intérêt général»! Et une certaine «hauteur de vue», ajoute l'actuel maire duHavre Edouard Philippe. Pour l'ancien édile havrais, dont la nomination par décret du Président de la République a été publiée au journal officiel le 22mai dernier, reste maintenant à préciser sa feuille de route. Au-delà de son rôle d'aiguillon, chargé de «titiller les uns et les autres pour que le rythme puisse être poursuivi», Antoine Rufenacht aura pour principale mission de suivre l'action de la commission particulière du débat public dont les travaux sur la future ligne à grande vitesse Paris-Normandie démarreront en octobre prochain. À l'issue de la procédure, il fera des propositions pour «accélérer les choses» sur le modèle de ce qui a été fait avec la loi sur le Grand Paris. «C'est l'engagement du Président de la République», explique-t-il. Le fraîchement nommé Commissaire général devrait même faire des propositions en ce sens dès la mi-septembre, destinées à êtres «examinées dans le cadre d'un comité interministériel». Dans les semaines qui viennent, il devrait disposer de locaux dans la capitale, «probablement à proximité du Palais Bourbon» à partir desquels il pourra constituer son équipe. «J'ai déjà pris contact avec des administrations et les patrons des grands corps d'État pour m'aider dans cette mission», précise-t-il. Sans préjuger des résultats de son action, l'ancien Premier ministre lui donne malgré tout acte d'une chose: «il connaît bien le dossier, et c'est un atout».PROFIL

«Ce projet est une évidence»

  Axe Seine. La capitale régionale veut peser dans le Grand Paris


Pourquoi le développement de l'Axe seine semble-t-il autant passionner les Havrais? AuHavre, nous nous sommes emparés de cela en envisageant l'importance des retombées potentielles. Deux ans après, nous ne sommes plus dans le pourquoi, mais dans le comment! Les choses ont déjà changé: Caen se rapproche de l'Estuaire, les deux chambres régionales de Haute et de Basse-Normandie ont fusionné et il y a désormais autour du développement de l'Axe Seine un grand élan, une grande union.
Comment les entreprises regardent-elles ce projet se dessiner et que peuvent-elles en attendre? Du point de vue économique, ce projet est une évidence! Et sa véritable richesse, c'est la question de la gestion des flux. Paris n'est pas devenu une «ville monde» parce qu'elle ne s'est pas approprié sa façade maritime. Derrière les trafics que cela génère il y a des flux, des flux financiers, de bases de données, des flux d'énergie, de matière grise. Ce sont autant d'enjeux que nos entreprises doivent pouvoir capter.

JDE | Édition Seine-Maritime 76 | 3 juin 2011

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Fomation et RH - Octobre 2014


Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301