Lorraine

Chutier

JDE Edition Lorraine

Financement. La loi Macron va-t-elle relancer la bourse de Nancy ?

ajouté le 3 avril 2015  - 

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Jusqu'en 1991, la bourse de Nancy, troisième place de province, cotait une quarantaine de valeurs et rayonnait sur un périmètre rassemblant l'Alsace, la Lorraine, la Champagne-Ardenne et la Franche-Comté.

Porté par le député-maire de Neuilly, Jean-Christophe Fromantin, un amendement à la loi Macron prévoit de relancer les bourses régionales. La place de marché de Nancy, supprimée en 1991, pourrait donc renaître de ses cendres, avec cinq autres bourses régionales.

Pour celui qui se définit comme le dernier des Mohicans de la bourse de Nancy, la cause est entendue : « Ça n'aurait jamais dû s'arrêter ». D'après Jean-Philippe Bolle, patron de SEA, entreprise spécialisée dans la gestion de portefeuille et de patrimoine, « un point de rencontre entre les PME locales et la finance locale, ça a du sens ». Jusqu'en 1991, la bourse de Nancy cotait une quarantaine de valeurs et rayonnait sur un périmètre rassemblant l'Alsace, la Lorraine, la Champagne-Ardenne et la Franche-Comté. Ce qui était alors la troisième place de province existait depuis 1922 et était abritée dans les locaux de la Chambre de commerce. Le marché unifié et l'électronique auront raison des places de Lyon, Nantes, Marseille, Lille, Bordeaux et Nancy : place au trading à haute fréquence et à l'ultra-volatilité. C'est dans la nuit du 16 au 17 janvier 2015 que la commission spéciale chargée d'examiner la loi Macron à l'Assemblée nationale a adopté un amendement visant à « relancer les bourses régionales ». Les deux articles proposés par le député Fromantin veulent favoriser le financement et l'investissement des entreprises : « J'ai proposé la création de bourses régionales pour promouvoir l'investissement dans nos territoires et tirer un meilleur avantage de la masse d'épargne disponible », indique alors l'élu des Hauts-de-Seine.

Une solution de financement
25 ans plus tard, pourquoi revenir en arrière ? Pour les spécialistes du financement des PME, la bourse présente une solution complémentaire, à côté des banques et du crowdfunding, une possibilité de redonner accès au financement sur le marché. « Quand les entreprises américaines se financent très majoritairement sur le marché, on observe que les entreprises françaises restent sur le financement bancaire », détaille Boris Ouarnier, responsable de la plateforme CCI O2 Bilan. Mais depuis 2008, le monde a changé : les investisseurs sont tétanisés, les règles de Bâle III ont crispé les banquiers et les plateformes de crowdfunding poussent comme des champignons. « Retrouver des solutions de financement en jouant la carte locale, c'est une solution », appuie Jean-Philippe Bolle. Une solution qui pourrait se traduire par des capitalisations nouvelles mais bien réelles : dans une étude publiée en mars, le cabinet Altavalue, spécialisé dans l'analyse des entreprises, estime que sur le périmètre Alsace, Lorraine, Champagne Ardenne, 60 PME ou ETI auraient vocation à être cotées, pour une capitalisation de 4,3 Md€, soit le troisième potentiel de France derrière Paris et sa région puis Rhône-Alpes (106 PME ou ETI pour 8,9 Md€ de capitalisation).

Une carte à jouer pour Nancy
Des chiffres délirants ? Pour les spécialistes des marchés, ces chiffres n'ont rien de surprenant. En moyenne, sur les places de marché, le Price Earning Ratio ou « ratio cours sur bénéfices » tourne autour de 20. Une simple division et l'étude montre finalement que ces 60 entreprises dégagent 215 M€ de résultats nets, soit 3,5 M€ chacune. Mais « entrer en bourse est un choix du dirigeant », rappelle Jean-Philippe Bolle. « Il y a notamment des exigences de transparence absolue à respecter. » A quelques mois de la création de l'ALCA, Nancy a une carte à jouer avec la relance de cette bourse régionale : l'ADN est là, la Maison de la Finance joue son rôle, les acteurs sont déjà mobilisés.

A noter


A l'initiative de l'APROFIN et de CCI O2 bilan, une réunion aura lieu sur le sujet, début juin. Renseignements : www.ccio2bilan.fr

Jean-François Michel

JDE | Édition Lorraine | 3 avril 2015

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012