Côtes-d'Armor

Tourisme

JDE Edition Côtes-d'Armor 22

En Bretagne, les paris hippiques passent à la dématérialisation

ajouté le 12 juillet 2017  -  - Mots clés : Services, Tourisme , PMU , transformation

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
<i>Pour contrer un recul de son activité, le PMU va tester la dématérialisation des paris hippiques depuis son smartphone. La Bretagne, dirigée par Nicolas Thierry, est terre pilote pour 2017.

Pour contrer un recul de son activité, le Pari mutuel urbain (PMU) va tester la dématérialisation des paris hippiques depuis son smartphone. La Bretagne est terre pilote pour 2017.

Le PMU se renouvelle et prend le virage du numérique. Confronté à une baisse des sommes mises en jeu depuis plusieurs années, le Pari mutuel urbain débute un chantier de dématérialisation.

Un test national en Bretagne
Avant un lancement au niveau national en 2018, c'est la Bretagne qui a été choisie comme région test. « Il devient stratégique, pour répondre à tous les types de parieurs, de simplifier les prises des paris et d'offrir de nouvelles façons de jouer, confirme Nicolas Thierry, directeur de l'agence de Brest qui couvre les quatre départements bretons. Avec ces paris dématérialisés, le ticket disparaît au profit du smartphone. Une application permettra de préparer ses jeux sur son téléphone, puis de les valider automatiquement dans son point de vente, via Bluetooth. 25 points de vente sont concernés par cette phase expérimentale en 2017. »

Des paris en recul
Loin d'être révolutionnaire dans son approche, la dématérialisation impulsée par le PMU est nécessaire pour aller capter une nouvelle clientèle. C'est même devenu vital pour limiter l'érosion de l'activité. « En 2016, les parieurs bretons ont misé 264 millions d'euros sur les courses hippiques, soit un recul de 3,5 % sur un an. Ce résultat situe toutefois l'agence de Brest en troisième position dans le grand ouest, derrière Bordeaux et Orléans. » Dans le détail, l'Ille-et-Vilaine affiche le meilleur rendement avec 88 millions d'euros de mises en jeu devant le Morbihan (68 millions d'euros), le Finistère (65 millions d'euros) et les Côtes-d'Armor (42 millions d'euros).

Hausse des points de vente
Cette diversification s'accompagne toutefois d'une volonté de conforter les points de vente physiques qui restent le coeur du dispositif PMU. « Sur les 638 cafés ou magasins concernés, 415 proposent notre dernière segmentation commerciale comme Happy ou PMU Express. Cette segmentation est nécessaire pour, dans ce cas, répondre aux demandes des professionnels qui veulent nous rejoindre. Tous ne peuvent pas être PMU dans le sens noble du terme mais ont un potentiel pour une borne tactile ou demain une activité bluetooth. »

L'enjeu est de taille pour le PMU français et breton qui, certes reverse 73 % des sommes engagées aux parieurs, mais contribue aussi à l'essor de la filière équine française. « 10 % de l'activité est dédiée aux sociétés de course actionnaires du PMU afin de moderniser les hippodromes, structurer des élevages, etc. L'État prend 10 % le PMU 5 % pour ses frais d'exploitation et 2 % servent à rémunérer les points de vente. »

Julien Uguet

JDE | Édition Côtes-d'Armor 22 | 12 juillet 2017

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012