Côtes-d'Armor

A l'affiche

JDE Edition Côtes-d'Armor 22

Côtes-d'Armor. Ti Al Lannec à Trébeurden poursuit ses investissements

ajouté le 18 avril 2017  -  - Mots clés : Actualité, A l'affiche

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Isabelle (à droite) et sa soeur Marianne ont succédé à leurs parents, Danielle et Gérard Jouanny, à la tête du Ti Al Lannec a Trébeurden. L'établissement 4 étoiles a investi près de 6 millions d'euros depuis 15 ans dans de vastes travaux de modernisation et d'agrandissement.

Intimement lié à l'histoire de la famille Jouanny, Ti Al Lannec à Trébeurden a su conserver son charme de l'ancien tout en reprenant les codes de l'hôtellerie moderne. L'établissement 4 étoiles poursuit en 2017 son programme d'investissement de 6 millions d'euros.

Un établissement atypique et hors-norme dans le paysage hôtelier costarmoricain. Quand on franchit, pour la première fois, les portes du Ti Al Lannec, sur les hauteurs de Trébeurden, on est envahi par cette impression et ce charme étrange d'un temps brusquement arrêté au milieu des années 1930.

Une affaire de famille
Décor cossu mêlant bois et moquette, ambiance familiale anglaise assumée, personnel aux petits soins, etc. Cette image est assumée, et même revendiquée, par la famille Jouanny, propriétaire des lieux depuis 1976. « Nous avons toujours souhaité que notre clientèle se sente comme chez elle sans y être finalement, confirme Isabelle Jouanny, directrice générale de l'établissement aux côtés de sa soeur aînée Marianne. Ce particularisme, impulsé par nos parents, nécessite une exigence de tous les instants. C'est parfois fatiguant mais si exaltant au quotidien. »

Une véritable fidélité
Maison de vacance familiale à l'origine, avec des habitués qui venaient y séjourner pendant plusieurs semaines, Ti Al Lannec a su adapter les codes de l'hôtellerie moderne, pour en devenir un 4 étoiles, sans dénaturer son son offre. « Nous avons des personnes qui reviennent ici depuis la création. Si ce n'est pas elles, ce sont leurs enfants ou leurs petits-enfants. Notre force tient à cette fidélité constante qui est le fruit d'une attention toute particulière des habitudes de chacun. »

Des gros travaux
Ti Al Lannec puise aussi sa réussite dans de vastes programmes d'investissement qui ont radicalement changé les abords de la maison de maître. Depuis 2001, près de six millions d'euros ont été investis dans la modernisation et l'agrandissement du site. « Nous profitons des mois d'hiver, fermés au public, pour réaliser, à la fois les travaux de rénovation des chambres mais surtout mettre en oeuvre un ambitieux projet qui doit permettre à l'hôtel de servir tous les types de clients. »

Plus de séminaires
À l'origine tourné vers le marché individuel, Ti Al Lannec a su répondre aux attentes de la clientèle de loisirs mais aussi des entreprises. « Après la piscine en 2008, qui a nécessité d'importants travaux de gros oeuvre puisqu'elle est située 8 m en contrebas sur la falaise, nous venons de réceptionner, pour 600.000 euros d'investissement, un spa entièrement refait à neuf. » Côté professionnel, les salles de séminaires et d'événementiel sont en train de voir leur surface multiplier par quatre. « Nous avons de réels atouts en terme de discrétion et de confort de travail. Toutefois, il était important de muscler notre prestation avec des outils modernes, du wifi accessible partout, de la visioconférence, etc. Notre offre de restauration gastronomique, mais abordable, est un argument qui plaît aux dirigeants. »

Pas de course
Ouvert neuf mois par an, Ti Al Lannec a réalisé en 2016 un chiffre d'affaires de 2,5 millions d'euros avec une rentabilité autour de 8 %. « Tous les bénéfices sont réinjectés dans l'hôtel, soit pour renforcer les fonds propres ou financer des travaux de rénovation. C'est là aussi une exigence de tous les instants, certes dans une logique patrimoniale, mais surtout de bien-être de nos clients. Bien sûr nous avons des salaires à payer et des emprunts à rembourser mais nous n'avons jamais fait la course aux étoiles et aux récompenses. Notre satisfaction est de voir nos clients heureux d'avoir passé un séjour reposant au Ti Al Lannec. »

Ti Al Lannec
(Trébeurden)
Dirigeantes : M. et I. Jouanny
9 salariés à l'année, 32 en saison
Chiffre d'affaires 2016 : 2,5 millions d'euros
02 96 15 01 01
www.tiallannec.com

« Une véritable histoire de famille »

 Côtes-d'Armor. Ti Al Lannec à Trébeurden poursuit ses investissements


Comment expliquez-vous le succès du Ti Al Lannec ?
« La réussite est modeste mais il faut reconnaître que la fidélité de nos clients est une force. Nous avons, avec certains, un attachement particulier car nous les avons vus évoluer avec la maison. Notre exigence de tous les instants en terme d'accueil est un atout essentiel. »
Le Ti Al Lannec, c'est aussi l'histoire des Jouanny...
« Effectivement mais mes parents n'étaient pas hôteliers à l'origine. Notre papa était interprète et maman enseignante en français. Ils ont été séduits par les lieux et nous ont transmis leur passion. »
Comment envisagez-vous l'avenir ?
« À 43 ans pour moi et 47 ans pour ma soeur, nous avons encore pleins de projets en tête. Les propositions de rachat ne manquent pas mais nous n'y céderons pas. L'idée est de poursuivre l'histoire de famille avec nos clients. La seule entorse à notre fonctionnement en quatuor est en cours. Nous recherchons en effet un directeur adjoint pour soulager notre quotidien. Il est nécessaire qu'il partage notre exigence et notre vision du Ti Al Lannec. »

En dates

1976
Gérard et Danielle Jouanny achètent la propriété privée Ti Al Lannec à Trébeurden. 

1978
Ouverture d’un hôtel de 22 chambres.

1990
Passage en 3 étoiles.

2001
Obtention d’un permis de construire qui prévoit plus de 6M¤ de travaux.

2007
Labellisation 4 étoiles.

2016
Refonte totale du spa pour 600.000 euros.

2017
Finalisation des travaux d’accueil des séminaires.

Le marché

Les Côtes-d’Armor comptent dix hôtels quatre étoiles en 2017 : Manoir Lan Kerellec et Ti Al Lannec à Trébeurden, Castel Beau Site à Ploumanac’h, Terrasses de Bréhat à Ploubazlanec, Ker Moor à Paimpol, Brit Hôtel Saint-Brieuc et Plérin, Spa marin du Val André, Le Jerzual et l’Avaugour à Dinan. L’Agapa à Perros-Guirec est, lui, l’unique hôtel 5* du département.

Julien Uguet

JDE | Édition Côtes-d'Armor 22 | 18 avril 2017

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012