Provence-Côte-d'Azur

Services à l'entreprise

JDE Edition Provence-Côte-d'Azur

Alpes-Maritimes. Comment ImmaTerra promeut l'économie de la fonctionnalité

ajouté le 10 octobre 2017  -  - Mots clés : Immaterra , économie de la fonctionnalité , EFC , Club Cap EF , Christophe Sempels

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
Christophe Sempels, président d'ImmaTerra. (Photo DR)

Pour faire face à un développement accéléré, le Club Cap EF se transforme en société coopérative d'intérêt collectif (SCIC) et prend pour nom ImmaTerra afin de gagner en efficience et mieux se déployer. Une réunion d'information est programmée le 17 octobre à 18h30 à Skema Business School (Sophia Antipolis).

Ne l'appelez plus Cap EF ! Le club azuréen, dont la vocation est de promouvoir auprès des entreprises et territoires l'Economie de la Fonctionnalité et de la Coopération (EFC), devient ImmaTerra. Et change de statut. D'association de loi 1901, il s'est transformé en mai dernier en SCIC. L'objectif : « Répondre à une dynamique de développement autour d'une activité technique complexe à laquelle la gouvernance associative n'était plus adaptée. Nous sommes donc passés à une gouvernance coopérative », explique son président Christophe Sempels.

45 entreprises accompagnées

Il faut dire que depuis son lancement à Grasse en 2015, le club n'a pas chômé. Aux 11 entreprises pionnières à tenter l'expérience de ce nouveau modèle économique et organisationnel durable, basé non plus sur une logique volumique (vendre plus pour gagner plus) mais centré sur la valeur d'usage et la coopération afin d'accoucher de solutions intégrées créatrices de nouvelles richesses, se sont ajoutées 34 autres structures. Et ce, rien qu'en Paca. Car, le club a très vite essaimé son expertise par le biais d'intervenants et d'opérations collectives, préludes à la constitution d'antennes territoriales spécifiques. Il en existe à ce jour deux. En Wallonie et en Bretagne.

L'exemple des abeilles

Si le nom et les statuts ont changé, sa mission reste la même. A savoir, transformer les organisations à travers des opérations collectives et individuelles, des sessions de coaching pour lever les éventuels freins en interne et mettre en oeuvre les projets innovants en gouvernance coopérative, des formations dédiées à « l'écosystème de support » comme les banques, experts comptables ou cabinets d'avocats, de la R&D centrée sur l'innovation organisationnelle et managériale, sans oublier l'animation de la communauté. « ImmaTerra est un outil au service des entreprises et territoires », insiste-t-il. Et l'expert de citer en exemple une entreprise apicole belge dont l'activité a évolué de la vente de miel à la veille qualité environnementale grâce au pollen récolté par les abeilles dont la valeur informationnelle permet de cartographier la biodiversité florale du site et les polluants potentiellement présents. Résultat ? « Une ruche génère aujourd'hui 4.000 euros de chiffre d'affaires par an contre 400 euros auparavant. » Tout est dit !

ImmaTerra


(Sophia Antipolis)) Dirigeant : Ch. Sempels 22 sociétaires CA 2017 (obj) : 650 K€ Tél. : 07 76 25 93 95 christophe.sempels @immaterra.com

Gaëlle Cloarec

JDE | Édition Provence-Côte-d'Azur | 10 octobre 2017

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Palmarès des entreprises 2016

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2015

Hors-Série Ressources humaines - Septembre 2016


Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301

Téléchargez le numéro du mois

JDE édition 44 - juin 2012