Provence-Côte-d'Azur

A l'affiche

JDE Edition Provence-Côte-d'Azur

MGI. Optimiser la chaîne logistique des ports

ajouté le 8 janvier 2010  -  - Mots clés : Actualité, Entreprise du mois, MGI, François Mahé des Portes

  • Agrandir le texte
  • Agrandir le texte
  • Réduire le texte
  • Réduire le texte
  • Envoyez l'article à un ami
  • Imprimez l'article
  • Flux RSS
  • L'article au format PDF
  • Ajoutez cet article
  • Réagissez à cet article
  • Partager l'article sur Facebook
  • Partager l'article sur Twitter
François Mahé des Portes, président du directoire de MGI, spécialisée depuis 20 ans dans les logiciels informatiques de place portuaire.

Créée en 1985, la société Marseille Gyptis International (MGI), réalise et commercialise le logiciel Ap+, système d'information pour place logistique. Après avoir implanté Ap+dans la plupart des ports français, les ?infologisticiens? de MGI visent maintenant le marché des plateformes aéroportuaires.

«L'objectif principal de Marseille Gyptis International (MGI) n'est pas de gagner de l'argent et de le redistribuer à ses actionnaires, mais d'offrir le meilleur service possible à ses clients, qui sont également ses actionnaires», souligne en préambule François Mahé des Portes, président du directoire de MGI, dont le bureau installé au sixième étage du bâtiment des Docks, domine les bassins du Grand port maritime de Marseille. «MGI travaille avant tout dans l'intérêt d'une place portuaire et apporte des gains de productivité à ses actionnaires». Depuis sa création en 1985, MGI propose des systèmes d'information destinés à une même plateforme logistique intermodale. Si l'entreprise a commencé par s'intéresser aux besoins des places portuaires, elle se tourne maintenant vers les plateformes aéroportuaires, dont les besoins sont similaires. «Plus qu'une simple SS2I, MGI regroupe des infologisticiens, dont le savoir-faire consiste à optimiser les processus de supply-chain», poursuit-il.

Rapprochementde MGI et de Soget
Les associations professionnelles maritimes (UMF, STM, AACN, Semfos, CMAF) et le Grand port maritime de Marseille constituent les principaux actionnaires de cette entreprise pas comme les autres. «De 1985 à 1997, nous avons travaillé à déployer le logiciel Protis auprès des opérateurs du port de Marseille, puis, en 1998, nous nous sommes rapprochés de la société Soget, notre équivalent sur le port duHavre». Soget avait mis en place sur la plateforme normande un logiciel baptisé Ademar. «C'était le moment pour chacune des structures d'évoluer techniquement. Nous avons décidé de nous rapprocher et de capitaliser nos efforts». Un moyen non seulement de réaliser des économies d'échelle mais également d'offrir un outil commun aux clients des deux ports. Ainsi est né le logiciel Ap+. «L'idée était de considérer un port comme une seule entreprise comportant de nombreux services et intervenants. Ap+couvre toutes les marchandises conditionnées (vrac solide, conventionnel, ro-ro et conteneurs) et relie non seulement les transitaires, les manutentionnaires, les agents maritimes, les transporteurs (route, rail, fleuve), mais également la Douane, les services phytosanitaires, la capitainerie. Le logiciel permet à chacun d'atteindre ses objectifs, économiques ou régaliens, en respectant le travail des autres», explique François Mahé des Portes.

Du maritime à l'aérien
Chez les transitaires les gains de productivité obtenus sont ainsi supérieurs à 50%. «Nous travaillons en permanence avec l'UMF à mettre en place des groupes de travail afin d'améliorer encore les temps de passage de toutes les marchandises sur le port». À Marseille et auHavre, 100% des opérateurs sont connectés. «C'est un système de place. Où tout le monde se connecte ou on ne fait rien. Une entreprise qui a pris l'habitude de travailler avec Ap+, Protis ou Ademar ne peut plus revenir en arrière». Fort-de-France et Bordeaux ont ensuite, dès 2007, été les premiers ports à se doter d'Ap+. «Dans chaque cas, nous créons un nouvel opérateur dont l'actionnariat est constitué par les principales organisations professionnelles des sites. En Martinique, l'opérateur est Port Plus et Big plus à Bordeaux». Nantes, Rouen, Pointe-à-Pitre et Port-Louis à l'Ile Maurice ont suivi. Actuellement, MGI vient d'achever l'audit de la place portuaire d'Alger, pour une mise en service prévue au 1erjuin 2010, et des opportunités se présentent en Syrie où François Mahé des Portes a signé, pour l'union maritime de Marseille, fin décembre, un accord de coopération avec l'union maritime syrienne. Au-delà du maritime, MGI vise désormais les aéroports. «Ap+est une offre de services, indépendante du mode de transport. Les tâches effectuées par les opérateurs sont les mêmes.Ap+peut donc parfaitement s'adapter aux opérations aériennes». La plateforme marseillaise serait d'ores et déjà intéressée...

Fr. Mahé des Portes. «Ap+doit s'adapter aux communautés portuaires»


Comment se déroule la mise en place du logiciel Ap+?
La tâche la plus importante lors de la mise en place d'un logiciel de ce type est de clairement définir les besoins. Nous travaillons toujours longuement avec les associations professionnelles sur l'optimisation des processus globaux. Dans tous les cas, à chaque fois que nous installons Ap+, nous devons faire un audit de la place portuaire. Il faut réfléchir aux différentes tâches et à la réelle valeur ajoutée de chacune d'elles. Une fois cette mission accomplie, nous nous employons à tracer le processus idéal. Reste ensuite à le modéliser. À chaque étape, tout est validé par les organisations professionnelles qui regroupent les futurs utilisateurs. Il n'y a rien de pire qu'un informaticien qui pense avoir réalisé seul dans son coin le meilleur logiciel. Ap+n' est pas un simple produit que l'on achète et que l'on duplique dans les différents ports. Ce n'est pas à la communauté portuaire de s'adapter à Ap+, mais à Ap+de coller aux besoins spécifiques de chaque place.

Est-il difficile de commercialiser ce type de logiciel?
À l'étranger, quand je commercialise Ap+, mon premier travail est d'expliquer que ce produit ne va rien faire gagner en terme de dividendes. C'est un outil où tout le monde gagne. Nous sommes les seuls au monde à proposer ainsi un système global. Le client, la communauté portuaire, n'existe pas en tant que tel. Il faut parvenir à le créer, à lui faire prendre corps. Pour cela il est nécessaire que toutes les entreprises concurrentes acceptent de travailler ensemble à améliorer la productivité. Ap+est commercialisé via un système d'abonnement, où chaque utilisateur paye une part fixe et une part variable en fonction de son volume d'activités.
La crise a-t-elle eu un impact sur votre activité?
À Marseille, nous avons enregistré une baisse de 20%, qui a été compensée par les autres ports. Nous avons également été solidaires des professionnels en réduisant nos factures d'en moyenne 10% par mois depuis le début de l'année. C'est une démarche qui prouve que nous savons gérer nos coûts et que nous sommes réellement impliqués dans le développement des places portuaires.
Pouvez-vous nous parler du projet MareNostrum que vous avez lancé en 2005?
MareNostrum a pour but d'aider toutes les communautés portuaires du pourtour de la Méditerranée à communiquer facilement quel que soit leur niveau technologique, du fax à l'informatique. En 2011 aucune marchandise ne pourra entrer en Union européenne sans que des informations les concernant aient été communiquées 3heures avant le premier port touché. En Méditerranée, les transit time sont très courts.

Les besoins de communiquer entre les ports vont aller croissants. Nous avons commencé par mettre en place un système d'échange de manifestes avec le port de Tunis.

L'équipe dirigeante

Dominique Lebreton. %%%%%%Jean-Pierre Camoin.

Si la société a été créée en 1985, elle est aujourd'hui dirigée par François Mahé des Portes, entré dans l'entreprise en 2000. Rencontre avec les hommes clés de MGI...


François Mahé des Portes a pris la direction de MGI après avoir passé près de 13 ans au sein du groupe Balguerie, prestataire de services liés à la logistique et au transport et six ans à Gemplus (aujourd'hui Gemalto), leader mondial de l'industrie de la carte sécurisée. Dominique Lebreton est également entré dans l'entreprise en 2000 après un début de carrière dans le groupe UPS. «J'ai été recruté pour prendre en charge la commercialisation d'un logiciel portuaire et, en 2005, j'ai pris la responsabilité du projet Ap+. J'assure la bonne santé du système, sa maintenance et la prise en compte de tous les nouveaux besoins». Dominique Lebreton s'occupe notamment du projet tracking 2.0, dont la commercialisation a été lancée en juillet2009. «Au sein d'Ap+, nous disposons de données sous-utilisées. Nous avons pensé que nos clients pouvaient avoir envie de fournir ces informations, via internet, à leurs clients. Nous proposons ainsi à l'ensemble des PME du secteur du transport un outil de tracking et de tracing jusque-là réservé aux intégrateurs», explique-t-il. De son côté, Jean-Pierre Camoin a rejoint MGI en 2002 après une carrière de trente ans dans le transit. «J'ai été directeur général de HBI que j'avais fondé avec Hervé Balladur en 1987», précise-t-il. «J'ai donc une vision assez transversale des métiers portuaires. Sur le terrain, quand je rencontre les différents opérateurs des places portuaires, je ne parle pas informatique, mais métier». Actuellement, Jean-Pierre Camoin, à l'initiative des contacts de MGI avec les professionnels algériens, travaille sur la mise en place d'Ap+dans le port d'Alger, prévue au 1erjuin 2010.

Parcours


1985
Création de la société Gyptis
1989
MGI met en service Protis Export
1998
Marseille et Le Havre décident de mettre en commun leurs moyens et leurs compétences afin de développer un système d'envergure nationale : Ap+
2001
Lancement du projet Ap+
2005
Mise en place d'Ap+, en septembre, à Marseille
2006
Mise en place d'Ap+ dans le port du Havre
2007
Premières commercialisations d'Ap+ à la Martinique et Bordeaux
2008 - 2009
Le logiciel Ap+ est installé dans les ports de Nantes, Rouen, Pointe-à-Pitre et Port Louis

MGI en chiffres

Président du directoire de MGI : François Mahé des Portes Effectif : 24 Chiffre d'affaires : 4 M€ Année de création : 1985 Marseille Gyptis International Les Docks Atrium 10.5 10, place de la Joliette - BP 15524 - 13567 Marseille Cedex 02 Tél.: 04.91.14.26.60

Didier Gazanhes

JDE | Édition Provence-Côte-d'Azur | 8 janvier 2010

Vos réactions Aucun commentaire

Masquer toutes les réactions

Votre commentaire

Votre commentaire


Vos réactions Aucun commentaire

Lire toutes les réactions

Hors-Série Green Business - Avril 2014


Fichier excel
Palmares de votre région


Palmarès des entreprises 2013

Hors-Série Palmares des entreprises - Novembre2013

Le journal en liseuse

JDE édition 44 - juin 2012

Espace abonnementpapier - web - packChoisissez votre formule


Besoin d'aide ?
Numéro Azur : 0810 500 301