A l'affiche

JDE Edition Maine-et-Loire 49

Cmar. Aux petits soins des centres-villes

ajouté le 5 novembre 2010

L'Unimog (en haut à gauche) fourni par la Cmar va permettre de tracter les rames et réaliser des travaux de maintenance sur la ligne de tramway angevine. L'entreprise dirigée par Pascal Leleu est spécialisée dans la fabrication d'engins de voirie. Elle réalise aussi des véhicules spéciaux pour le militaire.

Concepteur et fabricant d'engins spéciaux destinés au nettoyage des villes, la Cmar dispose aussi d'un savoir-faire spécifique en matière de véhicules rail-route pour la maintenance et la propreté des réseaux de tramway. L'entreprise de Durtal veut en faire un atout pour se développer à l'export.

Une balayeuse de rails a été livrée le mois dernier par la Cmar (Construction mécanique automatisme Rivard) au centre technique des transports d'Angers, afin d'assurer l'entretien du réseau du futur tramway. Le principe? Sur la base d'une balayeuse de rue compacte, l'entreprise durtaloise a installé des essieux rail pour pouvoir fonctionner en mode ferroviaire. Elle a également réalisé des transformations hydrauliques et électriques pour s'adapter aux travaux de propreté des gorges de rails, plateformes, pelouse et environnement des rails et installé des outils adaptés (brosses, buses haute pression et doigts de grattage).

Un marché de 600.000€ pour le tramway angevin
L'année dernière, avant la livraison de la première rame de tramway, la Cmar avait déjà fourni un premier véhicule destiné à tracter les rames et réaliser des travaux de maintenance sur la ligne. Un marché d'environ «600.000€ pour les deux produits», indique Pascal Leleu, P-dg de la PME durtaloise. La Cmar bénéficie d'un savoir-faire unique et d'une longue expérience en matière de véhicules capables de se déplacer à la fois sur les routes et sur les rails. Le rail-route représente 25% de son chiffre d'affaires. Le développement des réseaux de tramway a créé de nouveaux besoins en véhicules spécifiques capables de réaliser la maintenance et la propreté des lignes. La Cmar a saisi cette opportunité. Elle est aujourd'hui «présente sur la majorité des réseaux de tramway français», souligne Pascal Leleu. De Nantes à Strasbourg, en passant par LeMans, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Grenoble, Marseille... Mais aussi à l'étranger: Alger, Constantine, Dubaï, Florence, Jérusalem, Naples, Oran et Rabat. Le développement des ventes à l'international fait partie des perspectives visées par Pascal Leleu (lire ci-contre), qui a repris l'entreprise en 2007. Fondée en 1987 par la famille Rivard, La Cmar n'a cessé d'innover depuis et réalise environ 80 véhicules par an.

Véhicules spéciaux adaptés à la propreté des villes
Intervenant dans le domaine du nettoyage et du décapage des villes, l'entreprise conçoit, au sein de son bureau d'études intégré, des véhicules spéciaux adaptés aux problématiques spécifiques de ses clients. La plupart sont des collectivités locales et des entreprises en charge de la propreté de la voierie à qui elle propose des solutions pour transporter, décaper, laver, balayer ou encore désherber. Les nettoyeurs eau chaude, laveuses de rues compactes, balayeuses... sont réalisés à partir d'équipements qu'elle adapte sur des châssis Mercedes-Benz (gamme Unimog), AEBI-MFH ou Multicar. Depuis sa création en 1986, la Cmar a équipé plus de 1.000 collectivités territoriales.

Une technologie très pointue
Autre secteur sur lequel elle se développe et où elle peut faire valoir sa capacité d'innovation: le militaire. «MBDA (groupe européen leader des missiles et systèmes de missiles) nous fait construire actuellement six véhicules équipés de plateformes de tir, explique Pascal Leleu. Nous avons commencé à travailler sur le dossier en 2005. La phase d'étude a duré deux ans et demi. Il s'agit d'une technologie très pointue, nous sommes allés très loin dans l'exigence qualitative et documentaire. Cela nous a fait progresser sur les procédures et sur l'organisation de l'entreprise.» Montant du marché: «Supérieur à 2,3M€». Le premier véhicule sera livré à la fin de l'année. Les autres le seront l'année prochaine.

Rail-route: «Être un acteur significatif au niveau mondial»


Pascal Leleu, la poursuite de l'internationalisation de l'entreprise faisait partie de vos objectifs lors de la reprise, il y a trois ans. Où en est-on aujourd'hui?
L'export représente 20% de notre activité, soit 3M€ de chiffre d'affaires. L'objectif est de passer à la vitesse supérieure et d'atteindre les 30 à 35%. Cela mettra un peu de temps parce que les marchés européens sont secoués par la crise. L'Asie, avec des pays comme Singapour, soucieux de la propreté de leurs villes, fait notamment partie de nos cibles.
Comment comptez-vous accentuer cette présence au niveau mondial?
Deux gammes de produits sont potentiellement exportables. D'une part, les véhicules rail-route pour les réseaux de tramway. Aujourd'hui, nous sommes leaders en France, mais nous avons la volonté d'être un acteur significatif au niveau mondial. Dans cette optique, nous venons de participer pour la deuxième fois au salon mondial InnoTrans à Berlin. Cela passe aussi par un partenariat avec les bureaux d'étude qui sont très en amonts des projets de tramway, et par une veille permanente. Nous sommes actuellement en discussion pour Melbourne, en Australie, qui connaît un changement d'opérateur avec une extension de ligne. La deuxième opportunité concerne le décapage eau chaude. L'Europe du Nord devrait s'intéresser sérieusement à notre nouveau concept capable de réaspirer l'eau utilisée. Avec cette solution, nous diminuons de 30% la consommation d'eau et de moitié la consommation de carburant. Elle permet aussi de gagner énormément de temps. Elle sera présentée à la fin du mois au salon Pollutec de Lyon.
En France, quels seront les atouts de l'entreprise pour continuer à se développer?
Rester très actifs. Être à l'écoute des problématiques des villes. L'innovation et le développement de nouveaux produits font partie de nos gènes. Aujourd'hui, les budgets des municipalités sont contraints par la crise, mais nos matériels peuvent leur permettre de réaliser des économies de fonctionnement significatives. Nous nous défendons grâce à notre savoir-faire de technologie complexe et haut de gamme avec des produits fiables dans le temps. Nous sommes aussi une entreprise qui est là quand on a besoin d'elle sur la garantie, la maintenance et le service après-vente. Un autre créneau sur lequel nous travaillons actuellement: le développement de produits éco-responsables.

Parcours


1956
Importation du premier porteur Unimog (marque commerciale de Mercedes-Benz) par la société Rivard à Daumeray.
1987
Installation de l'entreprise Cmar (Construction mécanique automatisme Rivard), fondée par Gustave Rivard, à Durtal.
1992
Premier nettoyeur eau chaude livré à Angers.
2005 Première balayeuse rail-route fournie à Bordeaux.
2007
Départ à la retraite des fondateurs et reprise par Pascal et Bernadette Leleu.

Cmar en bref

- Dirigeants: Pascal Leleu (P-dg), Bernadette Leleu (directrice générale) - Activité: fabrication de véhicules spéciaux destinés au nettoyage de voirie et à l'utilisation rail-route - Outil de production: 6ha dédiés à la conception, la fabrication, les essais avant livraison, le stock des pièces détachées et l'atelier service après-vente. - CA: 14M€ - Effectif: 42 - Contact: ZA Pont-Ramé 3 rue Denis-Papin 49430 Durtal. Tél.: 02.41.76.31.62. www.cmar.fr