Services à l'entreprise

JDE Edition Loire-Atlantique - Vendée 44

Vendée. Transition numérique : Une première « micro-usine partagée » à la rentrée

ajouté le 9 mai 2014

Emmanuelle Roux, fondatrice du Sc21 et de la micro-usine Zbis à La Roche.

NUMÉRIQUE Lauréate de l'appel à projets de Fleur Pellerin sur les ateliers de fabrication numérique, Emmanuelle Roux lance une micro-usine pour les particuliers et les entreprises.

Emmanuelle Roux, vous venez de créer le cabinet de conseil SC21 pour accompagner les entreprises et collectivités vers la transition numérique. Pour le profane, de quoi s'agit-il? 
Du basculement vers les outils - imprimante 3D,etc. - et vers les pratiques numériques. Par pratiques numériques, j'entends des pratiques collaboratives, l'économie du partage des biens, de l'information et de la connaissance. L'enjeu sera de capitaliser sur les connaissances existantes au sein de l'entreprise. Concrètement, on a par exemple implanté un espace collaboratif de fabrication au siège d'une grande société lilloise pour favoriser l'innovation collective. Dans ces 200m² équipés d'une découpe laser, d'une imprimante 3D, d'outils de bricolageetc. Une directrice marketing et un responsable R & D par exemple, pourront innover ensemble et plus vite. Plutôt que de faire 15 réunions pour convaincre 15 décideurs de se lancer sur un projet ou on peut présenter, grâce à ces outils, un premier prototype, comme base de travail. On peut aussi booster la veille, grâce aux pratiques collaboratives. Aujourd'hui chacun en fait dans son coin, mais grâce au peer to peer, pourquoi ne pas partager ses favoris, coordonnées des synthèses d'informationsetc.? 

Vous dites qu'il faut « décloisonner l'entreprise ? 
Le numérique aura un fort impact sur les business modèles et les modes d'organisation managériale. Car on passe d'un système vertical à des pratiques plus transversales, en modes projets, où les rapports de subordination peuvent évoluer. La création ne doit pas être l'apanage des seuls services R & D. Il faut rendre la circulation de l'information plus libre, afin de stimuler l'échange de compétences et donc l'innovation sous toutes ses formes : nouveaux produits, services, concepts marketing. Tout est prototypable! 

Avec qui avez-vous travaillé? 
Pour AD & O, la maison-mère de Leroy-Merlin, La Poste ou les réseaux Germe et APM.

Vous ouvrez zBis, une micro-usine partagée à La Roche-sur-Yon, quoi ressemble-t-elle? 
Il s'agit d'un démonstrateur pour s'entraîner aux pratiques numériques. Il y aura des tours et fraiseurs numériques, des machines de prototypage rapide, une découpe laser, des imprimantes 3D, de la découpe vinyle, des circuits imprimés Arduino, une machine à coudre industrielle capable de coudre du cuire... Pour l'instant, elle se trouve dans nos locaux, boulevard Sully avant de déménager normalement à la rentrée dans 500m² sur La Roche-sur-Yon, zone Acti Sud. zBis s'adresse aux particuliers, associations ou entreprises qui pourront y venir pour utiliser les lieux, échanger. Ou louer l'espace. Encore une fois, l'idée finale n'est pas tant de faire un objet que d'apprendre à partager l'information.

zBis ressemble à un Fab Lab, que vous aviez créé en 2012. Quelle est la différence ? 
« La Forge des Possibles » était une association. Mais comme elle se destinait à la fois à l'éducation populaire, donc aux particuliers, et aux entreprises, on n'entrait pas dans les cases de l'administration, ni du monde économique. Difficile d'obtenir des subventions... À la différence de SC21, qui est une entreprise avec un modèle économique. Ce qui nous a valu le soutien de Réseau Entreprendre. Lauréats de l'appel à projet de Fleur Pellerin sur les ateliers de fabrication numérique, nous avons obtenu une subvention de 200.000euros. 

Dirigeants : Emmanuelle Roux et Laurent Ricard 06 67 32 87 34